×
×

الطاهر بنجلون يشرح الإسلام لابنتي

شاهدت عنوان الكتاب واشتريته بلا تردد: “الإسلام كما نشرحه لأولادنا“، للكاتب والروائي المغربي المعروف “الطاهر بن جلون”. أغرتني بشراء وقراءة الكتاب ثلاثة أشياء: السبب الأول أن لدي ابنتين في طريقهما …

شاهدت عنوان الكتاب واشتريته بلا تردد: “الإسلام كما نشرحه لأولادنا“، للكاتب والروائي المغربي المعروف “الطاهر بن جلون”.

أغرتني بشراء وقراءة الكتاب ثلاثة أشياء:

السبب الأول أن لدي ابنتين في طريقهما لتوديع الطفولة إلى بدايات المراهقة، لديهما عقلان متوقدين بأسئلة لا تنتهي، كثير منها مرتبط بمفهومنا عن ما هو الإسلام.

السبب الثاني أن الكاتب روائي عربي عالمي ومثقف فرانكفوني شجاع، ذو التزام قوي بقيم الحداثة والحرية.

أما السبب الثالث، فهو الأسلوب الجديد في شرح المفاهيم المعقدة للأطفال.

لكنني ما أن بدأت بالجري عبر صفحات الكتاب حتى أدركت أن “شرح الإسلام” للأطفال (وربما للكبار أيضا) مهمة معقدة، وحساسة، وخطرة.

علينا أن تبتعد عن العموميات والأفكار الشائعة التي نرددها دون أن نعي خطأها، مثل أنه “لا يوجد رجال دين أو سلطة دينية في الإسلام” ، ومثل أن “العيب في المسلمين وليس في الإسلام، وبالتالي لا يحتاج الإسلام إلى تجديد أو إصلاح”؛ وغيرها من العموميات التي أنساق معها بن جلون دون تفكير نقدي

دون التحلي بالشجاعة الكافية لشرح دين كبير ومتشابك وإشكالي مثل الإسلام، ستتأرجح كتاباتنا بين الفكر الشجاع والكوميديا السوداء، وهذا ما وقع فيه الطاهر بن جلون.

لا أستطيع إنكار جمال الكتاب وبساطته. لكن الكاتب تاه في الطريق، فكان أحيانا مسلما ليبراليا يؤمن بعظمة الإسلام دون أن ينسى أهمية تجديدة ليتوافق مع روح العصر (ص 108). أحيانا، نراه داعشيا متعصبا يدافع عن “واقتلوا المشركين حيث وجدتموهم” معتبرا إياها رد فعل طبيعي لتكذيب المشركين للرسول (ص 43)، وأحيانا يتحول إلى أصولي قح يرى أن تحريم زواج المسلمة من غير المسلم حكم ديني حتى يتربى الأولاد ويعتنقوا ديانة الأب (ص 50).

الطاهر بن جلون

لكننا نجده أيضا في صورة “اللاديني” الذي لا يمارس أي عبادات ولا يلتزم بأية عقائد دينية، ولا يؤمن إلا إيمانا عاما بوجود قوة روحية اسمها الله، لكنه لا يؤمن بالأديان (ص 56).

ظهر الكاتب في صفحات أخرى في صورة المصلح الجذري الأتاتوركي حين يقول إن الإسلام، مثله مثل باقي الديانات، لا يؤيد المساواة بين الرجل والمرأة، وطالب بإصلاح جذري من أجل تحقيق المساواة (ص 109).

وهو يشرح الإسلام لابنته، لبس الطاهر بن جلون كل القبعات المتناقضة… حتى قبعة الإسلام السياسي. فرغم مطالبته الواضحة بالعلمانية، إلا أنه، في نفس الوقت، يرى أن الإسلام، عكس الأديان الأخرى، هو عقيدة ومنهج حياة.

اقرأ أيضا: علي اليوسفي العلوي يكتب: الإسلام: دين ودنيا، أم دين ودولة؟

يقول بنجلون لابنته إن الله يكره الشعراء لأنهم يقولون ما لا يفعلون “وليس هذا ما يجب أن يتصف به الشعراء عموما” (ص 68).

حاول الكاتب أيضا أن يقدم نظرة حداثية متطورة للاسلام، لكنه نجح أحيانا وأخفق كثيرا. وأنا هنا ألتمس له أعذارا كثيرة بصفتي أباً لفتاتين في نفس عمر ابنته، التي كتب من خلالها مادة الكتاب، فالإسلام هو آخر الديانات الكبرى الذي لم يمر بمرحلة  “الإصلاح الديني” بعد. وليس المقصود بالإصلاح هنا “الاجتهاد” في الفروع، وإنما إعادة فهم الأصول وإعادة تأصيلها أيضا.

إذا كان بن جلون الذي يعيش في فرنسا بكل ما يتمتع به من حرية القول وضمانات الأمن الشخصي، قد تعثر أكثر مما نجح، فما حجم الصعوبات التي يمكن أن يواجهها أب مثلي يعيش في بلد عربي؟

قبل ثورة “الإصلاح الديني”، يبقى الحديث عن الإسلام متذبذبا ومتناقضا يجمع بين أرقى أفكار الحضارة وأدنى ممارسات البداوة.
إذا أردت أن تشرح الإسلام لابنك/ ابنتك، فأمامك خياران لا غير:

– أن تشرحه بالطريقة التقليدية: “هذا هو الإسلام وعليكم أن تأخذوه كما هو”، دون تفكير أو تساؤل. وهي طريقة سهلة لكنها قمعية وغير مضمونة النتائج في عالم يتجه فيه المزيد من الشباب إلى اللادينية والإلحاد.

– أما الطريقة الثانية، فهي أن تشرحه بطريقة عقلانية نقدية، تضع الإسلام في سياقه التاريخي سلبا وإيجابا، وتقدمه في إطاره التطوري، ما بقي منه صالحا وما انتهى بانتهاء ظروفه ومسبباته. قراءة لا تتهرب من طرح الأسئلة الصعبة والإجابة الشجاعة عليها.

اقرأ أيضا: الإلحاد الجديد وعلاقته بالتطرف الديني: موريتانيا نموذجا

والإجابة الشجاعة التي أنوي تقديمها لابنتي خلال سنتين أو أقل، يجب أن تتحلى بما يلي:

– أن تبتعد عن العموميات والأفكار الشائعة التي نرددها دون أن نعي خطأها، مثل أنه “لا يوجد رجال دين أو سلطة دينية في الإسلام” ، ومثل أن “العيب في المسلمين وليس في الإسلام، وبالتالي لا يحتاج الإسلام إلى تجديد أو إصلاح”، وغيرها من العموميات التي أنساق معها بن جلون دون تفكير نقدي.

– أن تقدم إجابات هادئة وشجاعة عن الأسئلة المحورية التي نهرب منها مثل: سؤال الوحي (لماذا لا يتحدث الله إلى الجميع ويختص أفرادا معينين بنقل رسالته؟)، سؤال الحرية (استمرار العبودية في الإسلام والاستبداد الديني والسياسي)، سؤال العنف (الفتوحات، حد الردة، الحروب المذهبية، التطبيق القسري لأحكام الشريعة)، سؤال الحداثة (لماذا تخلف الإسلام والمسلمون عن تبني قيم الحداثة والمساواة والديمقراطية والعلمانية؟)، وبالطبع سؤال المرأة (سبب تعثر الإسلام والمسلمين في الإقرار بالمساواة الكاملة بين الرجل والمرأة، والنجاح التونسي الفريد والوحيد في هذا المضمار).

– إلى جانب هذه النقاط، التي ظل الخطاب الديني يتعامل معها في إطار “الشبهات والأباطيل”، يجب أن تقدم الإجابة النقدية أفكارا واضحة عن الجوانب العظيمة والإيجابية في الاسلام… تلك الجوانب التي لا زالت صالحة لعصرنا.

سأقول، كما قالت ابنة الكاتب: “من الصعب أن يكون المرء مسلما اليوم”!

وهو يشرح الإسلام لابنته، لبس الطاهر بن جلون كل القبعات المتناقضة… حتى قبعة الإسلام السياسي. فرغم مطالبته الواضحة بالعلمانية، إلا أنه، في نفس الوقت، يرى أن الإسلام هو عقيدة ومنهج حياة.

وهذا صحيح… فالعيش كمسلم في عالم اليوم أمر متعب ومقلق وفصامي في أحيان كثيرة! جزء كبير من هذه الصعوبة يعود إلى صعوبة شرح الإسلام لأولادنا، وربما صعوبة شرحه لأنفسنا أيضا ونحن نمارس فصاميتنا ونؤمن بالفكرة ونقيضها في نفس الوقت.

إذا كان بن جلون الذي يعيش في فرنسا بكل ما يتمتع به من حرية القول وضمانات الأمن الشخصي، قد تعثر أكثر مما نجح، فما حجم الصعوبات التي يمكن أن يواجهها أب مثلي يعيش في بلد عربي؟

لقد حفزني هذا الكتاب للبدء في إعداد الإجابة السهلة الممتنعة لابنتي حول “ما هو الإسلام؟” ، وكيف يمكن أن نعيش كمسلمين في القرن الحادي والعشرين دون أن نفقد إنسانيتنا المتطورة أو ارتباطنا بالعصر الحالي وقيمه العظمى، التي تجاوزت أحلام وآفاق مصلحي التاريخ القديم العظام.

الفارق الوحيد أن هذا الكتاب يشرح الإسلام للأطفال في مجتمع يشكل المسلمون فيه أقلية مثيرة للجدل، بينما أريد شرح الإسلام لابنتي في مجتمع عربي يشكل فيه المسلمون أغلبية مطلقة لا تقل إثارة للجدل أو المتاعب.

اقرأ لنفس الكاتب: خدعوك فقالوا: الغرب متقدم مادياً، لكننا متقدمون أخلاقياً!

تعليقات

  1. momo

    Un auteur comme Tahar je crois pas qu’il lit des livres pour renouveler ses idées et aiguiser son intelligence pour avoir de quoiaffronter ces questions épineuses,le seul effort qu’il fait c écrire et dire n’importe quoi comme a fai le prophète lui même.un auteur doit lire plus que n’importe qui pour avoir bp de situations bp de façons d’analyses mais chez nous personne ne lit des livres il reste ce Tahar des année 80 il croit que les gens avalent tout

  2. mourad

    لقد جانبت الصواب في تحليلك هذا . فمن خلال العنوال يلاحظ ان الكاتب قد اعطى صورة توضيحية عن كيف نقوم بشرح الاسلام لاولادنا . و هذا العنوان ينم عن تهكم واضح من الكاتب على الطريقة التي يعلم الاباء المسلمون ابناءهم الاسلام . و يوضح مدى وقوعهم في التناقض و الركاكة الفكرية . اذ قد تاه الفرد اليوم عن اي طريق يسلكه ليعلم ابناءه الدين الذي يتماشى و العصر الذي نعيشه.

  3. RICHARD DAWKINS

    LA LETTRE DE RICHARD DAWKINS À SA FILLE…

    Ma chère petite fille,

    Aujourd’hui que tu as dix ans, je tiens à t’écrire au sujet de quelque chose qui a de l’importance pour moi. Ne t’es-tu jamais demandé comment nous savons les choses que nous connaissons? Comment par exemple, savons-nous que les étoiles, qui ressemblent à de minuscules piqûres d’épingle dans le ciel, sont en réalité d’énormes et lointaines boules de feu comme le soleil ? Et comment savons-nous que la Terre est une boule plus petite tournoyant autour de celui-ci ?

    La réponse à ces questions sont ce que l’on nomme «preuves».

    Parfois, une preuve signifie réellement voir (ou entendre, toucher, sentir ….) que quelque chose est telle qu’elle est vraiment. Les astronautes ont voyagé assez loin de la Terre pour s’apercevoir de leurs propres yeux qu’elle est ronde. D’autres fois, nos yeux ont besoin d’aide. L’«étoile du soir» ressemble à une étincelle brillante dans le ciel, mais avec un télescope, tu peux voir que c’est une jolie sphère – la planète que nous appelons Vénus. Une chose apprise de cette manière est appelée une observation.

    Souvent, la preuve n’est pas seulement l’observation elle-même, mais l’observation se trouve toujours en toile de fond. Lors d’un meurtre, souvent personne (sauf le meurtrier et la mort!) n’a pu l’observer. Mais les détectives peuvent rassembler beaucoup d’autres observations qui peuvent toutes pointer vers un suspect en particulier. Si les empreintes digitales d’une personne correspondent à celles d’un poignard, c’est la preuve qu’il l’a tenu en main. Cela ne prouve pas l’assassinat, mais ce fait peut servir à étayer une hypothèse lorsqu’il est en harmonie avec d’autres éléments de preuve.

    Les scientifiques – ceux qui sont habilités à découvrir ce qui est vrai sur le monde et l’univers – fonctionnent souvent comme des détectives. Ils font une estimation (appelée hypothèse) sur ce qui peut être vrai. Ils se disent ensuite : si cela est le cas, nous devrions observer ceci ou cela. C’est ce qu’on appelle une prédiction. Par exemple, si la terre est vraiment ronde, nous pouvons prédire qu’un voyageur, cheminant toujours dans la même direction devrait finalement se retrouver à son point de départ. Quand un médecin te diagnostique une rougeole, il ne se contente pas de te jeter un coup d’œil… Son premier regard lui donne une indice sur la maladie. Puis il se dit : si elle a vraiment la rougeole, je dois voir… Puis il parcourt sa liste de prédictions et de tests avec ses yeux (as-tu des taches ?), ses mains (ton front est-il chaud ?), et ses oreilles (ta respiration est-elle chuintante ?). C’est alors seulement qu’il prend la décision de dire : «Cet enfant a la rougeole.» Parfois, les médecins ont besoin de faire d’autres tests comme les tests sanguins ou les rayons X, et avec ces nouvelles observations, ils complètent celles qu’ils ont effectué avec leurs yeux, leurs mains, leurs oreilles…

    La façon dont les scientifiques utilisent des preuves pour en apprendre davantage sur le monde est beaucoup plus intelligente et compliquée que je ne peux te le dire par une courte lettre. Mais maintenant que tu connais la preuve, une bonne raison de croire quelque chose, je veux t’avertir qu’il existe trois mauvaises raisons de croire quoi que ce soit. Elles se nomment «tradition», «autorité» et «révélation».

    Tout d’abord, la tradition. Il y a quelques mois, je suis allé à la télévision pour discuter avec une cinquantaine d’enfants. Ils étaient ici car ils avaient été élevés dans de nombreuses religions différentes. Certains avaient été éduqués en tant que chrétiens, d’autres comme juifs, ou musulmans, hindous, sikhs. L’homme avec le micro est passé parmi eux, en leur demandant ce qu’ils croyaient. Ce qu’ils ont dit illustre exactement ce que j’entends par «tradition». Leurs croyances n’avaient aucun lien avec des preuves. Ils ont juste récité les croyances de leurs parents et grands-parents. Ils ont dit des choses comme : «Nous hindous croyons ceci et cela. Nous les musulmans croyons telle chose. Nous, les chrétiens croyons une autre.»
    Bien sûr, croyant tant de choses différentes, ils ne pouvaient être d’accord. Le présentateur semblait penser que c’était très bien ainsi, et n’a même pas essayé de souligner les contradictions du discours des uns et des autres. Mais ce n’est pas ce dont je veux parler pour l’heure. Je veux simplement demander d’où leur viennent ces croyances. Elles sont issues de la tradition. Tradition signifie croyances transmises de parent à l’enfant, et ainsi de suite. Ou des livres transmis à travers les siècles. Les croyances traditionnelles commencent souvent à partir de presque rien, comme les histoires de Thor et Zeus. Mais lorsqu’elles ont traversé les siècles, le simple fait d’être aussi vieilles les fait paraître un peu spéciales. Les gens les croient, simplement parce qu’elles remontent à fort longtemps. C’est la tradition.

    La plupart des britanniques ont été baptisés par l’Église d’Angleterre, mais ce n’est qu’une des nombreuses branches de la religion chrétienne. Il y a d’autres branches telles que l’Eglise orthodoxe russe, l’Eglise catholique romaine et les églises méthodistes. Ils croient tous des choses différentes. La religion juive et la religion musulmane sont un peu plus différentes encore, et il existe plusieurs types de juifs et de musulmans. Les gens qui croient des choses légèrement différentes les unes des autres vont souvent à la guerre sur leurs désaccords. Alors tu pourrais penser qu’ils doivent avoir de très bonnes raisons – preuves – de croire ce qu’ils croient. Mais en réalité, leurs différentes croyances sont entièrement dues à des traditions différentes.

    Parlons d’une tradition particulière. Les catholiques romains croient que Marie, la mère de Jésus, était tellement spéciale qu’elle n’est pas morte mais s’est élevée physiquement dans le ciel. D’autres traditions chrétiennes sont en désaccord, affirmant que Marie mourut comme tout le monde. Ces autres religions ne parlent pas de sa sainteté, et, contrairement aux catholiques, ne font pas d’elle la “Reine du Ciel”. La tradition de l'”ascension” de Marie n’est pas très ancienne. La Bible ne dit rien sur comment, ni quand elle est morte. En fait, la pauvre femme est à peine mentionnée dans la Bible. Cette croyance n’a pas été inventée avant environ six siècles après l’époque de Jésus. Au début, elle s’est seulement constituée de la même façon que n’importe quelle histoire, comme Blanche-Neige, l’a été. Mais, au fil des siècles, elle s’est muée en tradition, et les gens ont commencé à la prendre au sérieux tout simplement parce qu’elle a été transmise à travers tant de générations… Tout cela n’a été reconnu comme une croyance catholique officielle que très récemment, en 1950. Mais l’histoire n’était pas plus vrai en 1950, qu’elle ne l’était lorsqu’elle est apparue, 600 années après la mort de Marie.

    Je reviendrai à la tradition, à la fin de ma lettre, et j’y poserai un autre regard. Mais d’abord je veux t’expliquer les deux autres mauvaises raisons de croire en quoi que ce soit : l’autorité et révélation.

    L’autorité, c’est croire car on vous dit de croire en quelqu’un d’important. Dans l’Eglise catholique, le pape est la personne la plus importante, et les gens pensent qu’il doit être très fort juste parce qu’il est le pape. Dans une branche de la religion musulmane, les personnes importantes sont de vieux hommes avec des barbes appelés ayatollahs. Beaucoup de jeunes musulmans sont prêts à commettre des violences, uniquement parce que les ayatollahs d’un pays lointain le leur ont dit.

    Quand je dis que c’était seulement en 1950 que les catholiques ont officiellement reconnu l’ascension de Marie, ce que je veux dire, c’est qu’en 1950 le pape a dit aux gens qu’ils devaient croire. C’est tout. Le Pape a dit que c’était vrai, alors c’est que ça devait être vrai ! Maintenant, peut-être quelques-unes des choses que le pape a dit dans sa vie étaient vraies. Mais il n’y a aucune bonne raison, juste parce qu’il est le pape, de croire tout ce qu’il dit. Le pape actuel a ordonné à ses disciples de ne pas limiter le nombre de bébés dont ils disposent. Si les gens suivent son autorité servilement comme il le veut, cela pourrait entrainer des famines, des maladies, ou des guerres provoquées par la surpopulation.

    Bien sûr, même dans la science, parfois, nous n’avons pas vu la preuve nous-mêmes et nous devons nous contenter de la parole d’un autre. Je n’ai pas vu de mes propres yeux la preuve que la lumière se déplace à une vitesse de 300 000 km par seconde. Au lieu de cela, je crois les livres qui me le disent. Cela ressemble à «l’autorité». Mais en réalité, c’est beaucoup mieux que l’autorité parce que les gens qui ont écrit les livres ont vu la preuve, et que chacun est libre d’examiner attentivement les éléments de preuve de son propre coté. C’est très réconfortant. Mais pas même les prêtres n’affirment qu’il y a une seule preuve de cette histoire de voyage de Marie à travers les airs.

    Le troisième type de mauvaise raison pour croire à tout est ce qu’on appelle «révélation». Si tu avais demandé au pape, en 1950, comment il savait que le corps de Marie a disparu dans le ciel, il aurait probablement dit que cela lui avait été «révélé». Il s’est enfermé dans sa chambre et a prié. Il réfléchit et réfléchit, tout seul, et il est devenu de plus en plus sûr en lui-même. Quand les gens religieux ont juste un sentiment en eux-mêmes, que quelque chose doit être vraie, même s’il n’y a aucune preuve que cela est vrai, ils appellent leur sentiment «révélation». Ce n’est pas seulement les papes qui prétendent avoir des révélations. Beaucoup de personnes religieuses le font. Elle est l’une de leurs principales raisons de croire les choses qu’ils croient. Mais est-ce une bonne raison?

    Supposons que je te dises que ton chien est mort. Tu serais très contrariés, et tu dirais probablement : «Comment le sais-tu ? Supposons maintenant que je répondes «Je ne sais pas vraiment. Je n’ai aucune preuve. J’ai juste ce drôle de sentiment au fond de moi. Tu serais très fâchée contre moi pour t’avoir effrayée, car tu sais qu’un simple sentiment ne renseigne pas sur la mort d’un petit chien. Nous avons tous des sentiments au fond de nous, et de temps en temps ils se révèlent être justes et parfois ils ne le sont pas. Quoi qu’il en soit, les gens ont des sentiments opposés, alors comment pouvons-nous décider si la sensation est juste ? La seule façon d’être sûr que le chien est mort, c’est de voir sa mort, ou d’entendre que son cœur s’est arrêté, ou se faire dire par quelqu’un qui a vu ou entendu une preuve réelle qu’il soit mort.

    Les gens disent parfois que vous devez croire en de simples sentiments, sinon, vous ne seriez jamais confiant à propos de choses comme «Ma femme m’aime». Mais c’est un mauvais argument. Il peut y avoir beaucoup de preuves que quelqu’un vous aime. Tout au long de la journée quand vous êtes avec quelqu’un qui vous aime, vous voyez et entendez comme de petits bouts de preuve, et ils s’additionnent. Ce n’est pas une pure intuition, comme ce sentiment que les prêtres appellent révélation. Ce sont des chose qui viennent appuyer ce que tu ressens : le regard plongé dans les yeux, les notes dans la voix, et les petites faveurs, les petits gestes… ; tout cela fait partie des preuves réelles.

    Les intuitions sont précieuses pour la science aussi, mais seulement pour inspirer des idées que l’on testera plus tard afin de trouver des éléments tangibles. Un scientifique peut avoir une «intuition» basé sur un simple ressenti personnel. En soi, ce n’est pas une bonne raison de croire quelque chose. Mais c’est une bonne raison pour passer un peu de temps à faire une expérience particulière. Les scientifiques fonctionnent comme cela tout le temps pour tester leurs idées. Mais l’intuition ne vaut rien tant qu’elle n’est pas étayée par des preuves.

    J’ai promis que je reviendrais à la tradition. Je veux essayer d’expliquer pourquoi la tradition est si importante pour nous. Tous les animaux se sont formés (par le processus appelé évolution) pour survivre dans le milieu où vive leur genre. Les lions sont construits pour être aptes à survivre dans les plaines de l’Afrique. Les écrevisses sont conçus pour être apte à survivre en eau douce, tandis que les homards le sont pour la mer salée. Les gens sont des animaux aussi, et nous sommes construits pour être bon à survivre dans un monde plein… d’autres personnes. La plupart d’entre nous ne chassons pas pour notre propre nourriture comme les lions ou les homards, nous l’achetons à d’autres, qui l’ont acheté à encore d’autres. Nous “nageons” à travers une “mer de gens”. Tout comme un poisson a besoin de branchies pour survivre dans l’eau, les gens ont besoin de cerveaux qui les rendent capables de traiter avec d’autres personnes. Tout comme la mer est pleine d’eau salée, la mer de gens est pleine de choses difficiles à apprendre. Comme le langage.

    Tu parles anglais mais ton ami parle allemand. Vous parlez chacun la langue qui vous convient afin de “nager” dans votre propre “mer de gens”. La langue est transmise par la tradition. Il n’y a pas d’autre moyen. En Angleterre, on dit «dog». En France, on dit «chien». Aucun de ces mots est plus correct, ou plus vrai que l’autre. Pour être bon à “nager” dans leur “mer de gens”, les enfants doivent apprendre la langue de leur propre pays, et beaucoup d’autres choses, et cela signifie qu’ils doivent absorber, comme un buvard, une énorme quantité d’informations traditionnelles. (Rappelez-vous que l’information traditionnelle signifie : ce que les parents transmettent aux enfants.) Le cerveau de l’enfant doit être une ventouse pour l’information traditionnelle. Et l’enfant ne peut pas s’attendre à trier les bonnes et utiles informations, comme les mots d’une langue, des mauvaises ou stupides informations, comme de croire aux sorcières et des démons.

    C’est dommage, mais parce qu’ils ne peuvent pas faire le tri, les enfants sont enclins à croire tout ce que les adultes leur disent, que ce soit vrai ou faux, bon ou mauvais. Beaucoup de ce que les adultes leur disent est vrai et basé sur des preuves plus ou au moins sensibles. Et si certaines d’entre elles sont fausses, ridicules ou même méchantes, il n’y a rien qui empêchent les enfants d’y croire. Maintenant, quand les enfants grandissent, que font-ils? Bien sûr, ils le disent à la prochaine génération d’enfants.
    Serait-ce ce qui s’est passé avec les religions ? Croire qu’il y a un dieu ou des dieux, la croyance en Dieu, la croyance que Marie n’est jamais morte, la croyance que Jésus n’a jamais eu de père humain, la croyance que les prières sont exaucées, la croyance que le vin se transforme en sang – pas une de ces croyances n’est soutenue par une bonne preuve. Pourtant, des millions de gens y croient. Sans doute est-ce parce qu’ils ont appris à le croire quand ils étaient assez jeune pour croire n’importe quoi.

    Des millions d’autres personnes pensent des choses très différentes, parce qu’on les leur quand ils étaient enfants. Les enfants musulmans apprennent des choses différentes des enfants chrétiens, et les deux grandissent tout à fait convaincus qu’ils ont raison et que les autres ont tort. Même au sein des chrétiens, les catholiques romains croient des choses différentes des protestants, ou des mormons. Et tous sont absolument convaincus qu’ils ont raison et que les autres ont tort. Ils y croient pour exactement le même genre de raison que l’un parle anglais et l’autre allemand.

    Les deux langues sont, chacune en son pays, totalement équivalentes. Mais il ne peut pas être vrai que les différentes religions aient raison dans leur propre pays, car elles affirment des choses opposées. Marie ne peut pas être en vie en République catholique d’Irlande, mais être morte pour les protestants d’Irlande du Nord.

    Que peux-tu faire face à tout cela ? Ce n’est pas facile pour toi, car tu n’as que dix ans. Mais tu peux essayer ceci. La prochaine fois que quelqu’un te dit quelque chose qui semble important, pense en toi-même : «Est-ce le genre de chose que les gens connaissent en raison de preuves ? Ou est-ce le genre de chose que les gens croient à cause de la tradition, de l’autorité ou de la révélation ?»
    Et, quand quelqu’un affirmera qu’il te dit une vérité, tu pourras l’interroger :«Quelles preuves as-tu ?» Alors, s’il ne peut te donner une réponse satisfaisante, j’espère que tu prendras garde avant de croire un mot de ce qu’il dit.

    Ton amour,

    Papa.

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *